COINTREAU MABILLE

«En habillant la bouteille de Cointreau, j’ai surtout souhaité la déshabiller. Révéler son âme, mettre à nu son aura, dévoiler ses intimes secrets. Vous imaginez un flacon carré ? Il suffit de le caresser pour découvrir des épaules doucement arrondies. Vous la voyez ambrée ? Elle est surtout une grande dévoreuse de lumière, qu’elle capte comme une icône de cinéma accroche l’œil de la caméra. La bouteille Cointreau est Elle. Et comme les femmes que j’habille, j’ai pris un plaisir immense à la sublimer. Sans trop en faire, en soulignant juste de quelques griffes de métal façon dentelle ses lignes parfaites. Et en la mariant avec cet accessoire de mode follement féminin dérobé au vestiaire des hommes : le nœud papillon ».
Alexis Mabille.

Cointreau, une histoire intimement liée au monde du cocktail

1920, les années folles, une période follement délurée et créative, un bouillonnement intellectuel dans toutes les capitales du monde, et un esprit de fête porté par des femmes affranchies et espiègles. Désormais, les codes ont changé et ils résonnent encore aujourd’hui, portés par un élan de rébellion insufflé par les femmes. A elles, les jupes plus courtes qui dévoilent des chevilles délicates, les coupes au carré qui font des « petites têtes » mutines et soulignent les éclats de rire assumés. Les femmes portent le pantalon, le tee-shirt marin, et se lovent dans des fauteuils Art-Déco pour savourer des cocktails, comme le fameux White Lady, imaginé par Harry Mac Elhone, créateur du légendaire Harry’s Bar. 
 

Les cocktails les plus fous naissent à cette époque. Ils ne sont pas seulement les révélateurs d’une période vibrante, ils sont la quintessence d’un souffle de créativité absolument fantastique. Des couleurs fusantes, des mélanges inédits qui voient fusionner les notes masculines d’un cognac viril aux arômes zestés d’un Cointreau tout en délicatesse. C’est le fameux « Side-Car », cocktail devenu mythique. D’autres cocktails tout aussi fous suivront, témoins joyeux d’une période d’irrévérence, comme le Oh la la ou le Oh !.

Le Cointreau, créé en 1875, explose de façon magistrale, adopté par les bartenders qui découvrent le plaisir d’imaginer des recettes avec cette liqueur cristalline et versatile qui habille d’une formidable « twist » les cocktails les plus fous, ou les plus poétiques. De Londres à New-York, et de Paris à Shanghai, la bouteille de Cointreau s’impose tout naturellement. C’est ainsi que naitront par la suite le White Lady en 1923, la Margarita en 1943, et le Maï Taï en 1944. Ce tourbillon ne cessera jamais de faire danser Cointreau au long des décennies, et donnera le jour par la suite, au très new-yorkais Cosmopolitan, jusqu’au Cointreaupolitan qui signe le grand retour du cocktail ces dernières années.

Cointreau s’habille d’un nœud papillon
 

Cachée-dévoilée, dissimulée-juste devinée, pour habiller la bouteille Cointreau, Alexis Mabille a joué une partition subtile d’une ultra-féminité mêlée de touches faussement masculines. Une dentelle de métal ajourée, déclinant un motif délicat de noeuds papillon finement ciselés, enserre délicatement le corps du flacon. 

Cette résille argentée inspirée de l’orfèvrerie joue les effets miroir, et n’est pas sans rappeler le claquement lumineux d’une palette de maquillage. Un véritable travail de broderie autour du métal qui transforme la bouteille de Cointreau en accessoire couture à abandonner nonchalamment sur une table basse, en toute élégance. La signature Cointreau fuse avec éclat, lumineuse et généreuse. Un petit nœud papillon gravé signe la bouteille avec le nom d’Alexis Mabille, Créateur ou plutôt « Créatif Inspiré ». Un médaillon en métal sur le décolleté finit en point d’exclamation, et touche ultime de raffinement, un noeud papillon s’accroche à la bague de la bouteille, comme juste délicatement posé par une main féminine.  Le nœud papillon, une évidence pour Alexis Mabille. Ce créateur de mode, membre de la Chambre Syndicale de la Haute-Couture, en a fait son objet fétiche, une signature qui n’appartient qu’à lui. Un accessoire, le nœud papillon ? Un style de vie plutôt.  Quelques centimètres de tissu qui transforment la silhouette. Allure dandy, élégance des vrais gentlemen « à l’américaine », comme Gatsby le Magnifique, il investit le vestiaire masculin au XIXème siècle, puis se laisse dérober par des femmes comme Louise Brooks, Marlène Diétrich ou Coco Chanel. Les fameuses « garçonnes » des années 20 en font un symbole de l’émancipation féminine. Cet esprit « cointreauversial » régnait déjà à cette époque, une irrévérence mêlée d’un petit « je ne sais pas quoi » qui rendaient les femmes uniques et inclassables.
 

Alexis Mabille le réinterprète à sa façon, et le remet en majesté sur le cou gracile des femmes qui l’inspirent. Comme Dita von Teese, égérie de la marque Cointreau, qui a fait sien cet accessoire délicieusement vintage. L’habillage de la bouteille Cointreau est alors apparu comme une évidence, une réécriture contemporaine de l’histoire. Un clin d’oeil à l’égérie Cointreau bien sûr, mais aussi un hommage aux femmes d’hier et d’aujourd’hui. Et une façon de se réapproprier la tenue des bartenders du début du siècle, vêtus d’une chemise de popeline blanche et d’un nœud papillon de soie noire.

Au cœur des cocktails, Cointreau, toujours
 

Ce sont dans les années 20 que les premiers vrais cocktails font leur apparition. Un paradoxe puisque la prohibition règne en maître. Un paradoxe ? Pas vraiment. Une jolie tricherie plutôt. En mélangeant les spiritueux à des jus de fruits pour en masquer le goût et tromper la police, les gangsters comme Al Capone ont ouvert la porte d’une nouveau monde où les bartenders sont devenus les grands créatifs de l’époque. Ils apprennent à mixer avec une imagination débridée, et créent des recettes qui s’épanouiront dans les verres à cocktails du monde entier. Cointreau, liqueur d’oranges douces et amères, séduit les bartenders qui se prennent de passion pour cette formule cristalline aux arômes doux et subtils. Ainsi naîtront les plus grands classiques du bar, et un élan jouissif qui n’a jamais cessé depuis, puisque chaque jour et à travers le monde naissent de nouveaux cocktails à base de Cointreau.​

Le.Lab.Des.Mots - Valérie Decool

CONTACT
Tél. 06 23 54 90 07

vdecool@lelabdesmots.com


 

Valérie Decool

25 rue de Ruat

33000 Bordeaux

  • w-facebook
  • w-vimeo
  • w-linkedin

Follow me

 

LE.LAB.DES.MOTS © 2012 -

Design by HOUSE OFF